DÉCOUVRIR SAINT-THOMÉ

Saint-Thomé, un village méridionnal à découvrir

Situé au confluent de trois rivières, Saint-Thomé est l’exemple même du village perché méridional. Au sommet d’un piton rocheux, les habitations se sont regroupées autour de l’église Saint-Thomas et de la chapelle Saint-Sébastien.

Son origine est mal connue, faute d’archives (sans doute dès le IVème ou Vème siècle). De l’enceinte fortifiée qui était censée défendre le village, il ne reste que peu de murs : les remparts à l’ouest et la toponymie rappelle l’existence de deux portes (ou donjon) : la Porte Neuve ou Porte Martin, place du Portail et la Placette ou Porte Eyguière au Sud qui ouvrait sur le chemin menant à la source hors des murs.

De l’enceinte médiévale, il reste quelques monuments à visiter :

HORAIRES DU SECRÉTARIAT

Lundi : 10h-12h / 14h-17h30

Mardi : fermé le matin / 14h-17h30

Vendredi : 9h-12h / 14h-16h

L’Eglise romane Saint-Thomas

L’église romane Saint-Thomas est construite au VIe siècle et donne son nom au village. L’église actuelle est rebâtie au XIIème siècle. Son abside est tout à fait remarquable. Elle a été agrandie au XIXème.

Le Chastelas

Le Chastelas, maison noble du XIIème siècle qui a connu de nombreux usages, est remarquable par sa belle fenêtre géminée. Il a servi au XVIIème de maison claustrale (c’est à dire avec cloitre) pour les religieux de Viviers puis de prison quelques jours durant la Révolution. Il a été restauré dans la 2me moitié du XXème siècle.

La Chapelle Saint-Sébastien

La Chapelle Saint-Sébastien située en face de l’église est plus ancienne peut être du Vème siècle. Elle porte une inscription gallo-romaine sur son mur latéral, datée de 487, épitaphe d’un évêque de viviers.

Le Château

Le château a été construit au XIIe siècle et agrandi au XVIe siècle par un corps de bâtiment comportant les 2 tours qui vient s’appuyer sur le donjon moyenâgeux. En 1632 sur l’ordre de Richelieu les tours sont écrêtées. Il est vendu en 1777 à la famille de Mercoyrol de Beaulieu qui entreprend des travaux de rénovation. Les descendants y résident encore.

Une petite promenade permet de découvrir le charme de ses petites ruelles dont certaines sont pavées (calades) et d’en apprécier le patrimoine architectural du village ainsi que le lavoir…

Un peu d’histoire

Au XIXème siècle, les habitants ont eu tendance à abandonner la hauteur pour s’installer en bas le long de la route d’Aubenas. Quelques belles fermes aux alentours sont le témoignage d’un peuplement important autrefois.

Le village a subi diverses calamités au cours des siècles : pestes (1348 : la plus terrible), guerres entre seigneurs (Armagnacs et Bourguignons au XVème siècle), puis guerres de religion au XVIème siècle et une alternance de périodes de brigandages et de famines.

Il reprendra vie au XVIIIème siècle : pays rural, il vivait de cultures (pauvres), d’élevage de moutons, de chèvres, d’exploitation de bois.

Le développement du travail de la laine et de la soie lui redonne vie – en 1887 : 760 habitants.

Malheureusement, au début du XXème siècle, il subit encore les maladies du ver à soie et de la vigne. Le village se dépeuple alors jusque dans les années 60 (257 habitants).

Il est à nouveau habité grâce au développement économique et touristique de la Vallée du Rhône.

risus ut dictum justo commodo neque. odio ultricies